Accueil

La salle de justice de l'Hôtel de ville



Parmi les multiples trésors d’Obernai, on compte l’ancienne salle de justice, à l’Hôtel de Ville, qui est aujourd’hui le bureau du Maire.

Vestige prestigieux des années 1600 où Obernai connut une activité artistique et commerciale intense, elle est un spécimen du style décoratif du début du XVIIe siècle avec plafond à caissons, figures symboliques, lambris sous les peintures murales.

Les douze fresques murales et le décor du plafond sont l'oeuvre de Zebedée Miller et Jean Bartenschlager, de Sélestat.

Les douze tableaux nous montrent comment, à cette époque-là en Alsace, on présentait la justice humaine comme le  reflet de la justice divine exprimée par les dix commandements.


Les juges, qui rendaient leurs sentences dans cette salle et le conseil municipal qui y délibérait, avaient constamment sous les yeux les principes qui devaient guider leurs décisions, tandis que les accusés devaient ressentir peur et repentir à la vue de ces peintures, représentant crimes et châtiments.

1.
“Je suis le Seigneur ton Dieu, tu n’auras pas d’autres dieux que moi”, illustré par le Veau d’Or. 

2.
“Tu ne prononceras pas le nom du Seigneur ton Dieu à faux”, illustré par la  lapidation d’un blasphémateur.

3.
“Souviens-toi du jour du Seigneur pour le  sanctifier”. Un homme qui ramassait du bois le jour du sabbat est lapidé

4.
“Honore ton père et ta mère”,  illustré par la mort d’Absalon puni pour s’être révolté contre David,  son père.

5.
“Tu ne tueras pas” illustré par Joab tuant Abner pour venger la mort de son père Asahel.

6.
“Tu ne commettras pas  l’adultère”, le prophète Nahtan  reproche à David le  meurtre d’Uri dont il convoitait la femme. Le décor de la pièce et de la table mise peut donner une idée d’un intérieur de la bourgeoisie aisée d’Obernai au début du  XVIIème siècle.

7.
“Tu ne voleras pas”,  illustré par le pillage de Jéricho
   
8.
”Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain”. Suzanne est accusée faussement par les vieillards.  

9.
“Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain”. Suzanne au bain.

10.
“Tu ne désireras rien de ce qui est à ton prochain” illustré par la vigne de Naboth.

11.12.
La salle contient encore deux autres tableaux à fresques. Le premier se trouve au-dessus de la porte d’entrée de 1609 et représente le jugement dernier, l’autre  représente Moïse qui, d’un bâton montre les tables de la Loi.


L’humour n’est cependant pas absent du décor : au-dessus des fenêtres cohabitent trois oiseaux étranges : le hibou qui ne voit pas clair et  qui représente l’accusateur, le perroquet installé à la place de l’avocat et la colombe qui représente évidemment l’accusé.

    
Le plafond de la salle est lui aussi un chef d’œuvre, avec ses médaillons en stuc décoré de figures allégoriques, et d’une profusion de fleurs. Les figures du plafond représentent de manière allégorique les vertus cardinales que sont le Courage, la Justice, la Prudence et la Tempérance, ainsi que la Foi et la Charité, vertus théologales et l’Espérance. Au centre du plafond se trouve  l’aigle de Habsbourg. Entre ces figures, un décor floral évoque avec plus ou moins de fidélité des plantes de la région.

Dans un coin de la salle trône un splendide poêle en faïence de Sarreguemines, une pièce unique spécialement réalisée en 1878 pour la Ville d’Obernai. Deux merveilleuses portes sculptées datant également du début du XVIIe siècle et deux colonnes à nervures prismatiques dorées qui séparent les fenêtres Renaissance (XVIème siècle) rehaussent le cadre somptueux.

Restauration de la salle

Restaurés en 1985, les fresques murales, les lambris et les peintures du plafond avaient subi des dommages au fil des siècles. Les fresques s’étaient fissurées, écaillées et avaient noirci peu à peu. La restauration fut menée avec une minutie extrême par deux spécialistes qui avaient déjà participé à des restaurations de fresques murales et de mosaïques en Italie, notamment à la cathédrale de Parme et à Ravenne. Il s’agit de Jean-Paul Brucker, de Saverne, et Guy Vetter, de Strasbourg. Ils ont utilisé la veille technique dont ils ont la maîtrise : Caséine à la chaux et poudre minérale pour les couleurs, le polissage final étant effectué manuellement au tampon. Il leur a fallu neuf mois pour restaurer les douze scènes et les figures du plafond.

La salle est accessible aux visiteurs lors des Journées du Patrimoine.

ACPO - Association pour la Conservation du Patrimoine Obernois / Siège : Hôtel de Ville - 67210 OBERNAI Contact
2011